| Actualités

Conférence Claude Monet à Vetheuil 1878-1881

l’AVPHAP a organisé, dimanche 21 novembre, sa première conférence, en partenariat avec Claire Vincent-Gardie, guide du Vexin, sur le thème :
CLAUDE MONET A VETHEUIL 1878-1881
Un nombreux public (une quarantaine de personnes), installé salle polyvalente à Saint Martin la Garenne, a suivi  l’excellent l’exposé de notre conférencière, Claire Vincent Gardie après quoi un cocktail a été offert aux participants.
Ce succès appelle d’autres initiatives, que nous allons prochainement programmer pour 2022.
Le journal » Le Courrier de Mantes » rend compte dans sa livraison du 24 Novembre de cet évènement.
Claude Monet (1840-1926) est un peintre français,  fondateur de l’impressionnisme dont il est la figure tutélaire ; il avait comme compagnons de route  Renoir, Sisley, Pissarro, Manet,  Berthe Morisot, Caillebotte, Degas …….
C’était un homme hors du commun. Il s’est battu contre vents et marées pendant vingt-cinq ans avant de voir reconnaître son immense talent.
Il était très proche de certains de ses aînés comme Eugène  Boudin (précurseur de l’impressionnisme) et Gustave Courbet (chef de file du Mouvement Réaliste)
Comme eux,  Claude Monet aimait peindre ce que nous appellerions aujourd’hui « la vraie vie » , hors de son atelier, à l’air libre , en pleine nature , souvent auprès de la Seine, qui l’inspira prodigieusement, et  à proximité de laquelle il veilla à toujours habiter, ou bien en bord de mer, avec  la côte Normande comme destination privilégiée.
Avec l’eau, Claude Monet cherchait avant tout la lumière, et il s’efforça, avec  ses célèbres « séries » (les peupliers, les meules, la cathédrale de Rouen, les matinées sur la Seine, le Parlement de Londres, etc…) de capter ses changements d’aspect selon la saison, le temps qu’il faisait, l’heure de la  journée.
Le mouvement qu’il a créé, et conduit, l’impressionnisme, a représenté une rupture totale avec les milieux conservateurs parisiens qui prédominaient alors, pour devenir un mouvement pictural essentiel entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle.
Liberté, indépendance, triomphe de la couleur, de la fugitivité, de l’éphémère, étude globale de la nature, nous sommes à l’opposé du classicisme encore à l’œuvre.
La conférence a également été l’occasion de passer en revue la vie de Claude Monet, ses principales étapes, ses premières œuvres,  sa longue traversée du désert, ainsi que la renommée qu’il connaîtra, la cinquantaine venue, et avec elle, l’aisance financière et la stabilité.
Sa vie familiale ne fut guère simple. Il eut la douleur de perdre sa première femme   Camille, à l’âge de 32 ans, un an après leur arrivée à Vetheuil. Une seconde famille, les Hoschedé, s’installa avec eux. Son chef, Ernest, important négociant en textile et en lingerie de luxe, grand admirateur de Claude Monet, venait en effet de faire faillite. Claude Monet épousera plus tard sa femme, Alice, en secondes noces.
Son séjour dans  le Vexin français fut, selon lui, la période la plus difficile de sa vie. A la maladie de Camille  puis à sa mort s’ajoutèrent en effet de sérieuses difficultés financières. Responsable d’une famille nombreuse- huit enfants dont deux qu’il eut avec Camille – (on s’entassa jusqu’à 14 personnes dans la maison de la route de la Roche Guyon), il s’attela à faire vivre tout ce monde au prix d’un travail forcené, plus ou moins bien rémunéré, au bord de l’eau, en plein campagne ou à bord de son bateau-atelier quand il n’était pas sur le littoral normand.
Il peignit plus de 200 toiles durant son séjour à Vetheuil , entre  août 1878 et décembre 1881, date de son déménagement à Poissy où il ne resta que 16 mois avant d’atteindre  sa «terre promise»,  Giverny, au printemps 1883.
C’est là qu’il rendit son dernier soupir à 86 ans, le 5 décembre 1926, non sans avoir auparavant  achevé son chef d’œuvre, un travail gigantesque à la limite de ce qui peut être humainement entrepris, d’énormes panneaux représentant « Les Nymphéas », aujourd’hui en exposition permanente aux musées Marmottan-Monet et  à l’Orangerie.
Au total, ce géant de la peinture, ce génie, aura réalisé plus de 2000 tableaux.
Outre sa maison et son jardin de Giverny, il est vivement recommandé de visiter les musées parisiens où il est particulièrement à l’honneur : le musée Marmottan-Monet, le musée de l’Orangerie, et le musée d’Orsay.
Sa bibliographie est très complète.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.